Lemur2.BMP (101814 bytes)

  MADAGASCAR VETIVER NEWSLETTER                     NO. 1/98

     PUBLICATION DE VETIVER NETWORK
     PAR LE PROJET CAP/USAID AVEC LA COLLABORATION DE L'ANAE

 

 

INTRODUCTION

Le vetiver a été introduit à Madagascar du temps de la colonisation française pour l'extraction des huiles essentielles. En 1988, Mr Thomas Bredero, un ingénieur agronome de la Banque Mondiale, ayant vu la réussite d'un projet de la Banque en Inde a essayé de l'exploiter et de le vulgariser comme lutte biologique anti-érosive à Madagascar. Mais Monsieur T. Bredero, surnommé en ce temps là "Monsieur Vetiver", a eu des difficultés pour la mise en oeuvre de ce projet. Depuis, PEU d'actions ont été entreprises. Toutefois, quelques pratiques ont été repérées surtout dans la région Nord Ouest de l'île.

En Nov 1997, Mr Richard Grimshaw, un spécialiste en la matière, ancien Directeur Technicien des Programmes Agro auprès de la Banque Mondiale, a été appelé par le Projet CAP pour réaliser une étude sur la vulgarisation et l'application de la technologie vétiver dans les zones d'intervention du projet et aussi pour participer à un séminaire/atelier sur la DEFENSE ET RESTAURATION DU SOL qui a été organisé à Mahajanga avec la participation des organes de recherche, d'appui et d'éxecution. De cette consultation et ce séminaire est né l’idée le développer un réseau d'information sur l'utilisation de la technologie vetiver à Madagascar à des fins anti-érosifs et également de créer un journal périodique appelé "Vetiver Newsletter". Le Projet CAP a pris la responsabilite de mettre en oeuvre ce réseau et ce journal en partenariat avec l’ANAE (Association Nationale d'Actions Environnementales).

A noter que le Projet CAP est un projet financé par le Gouvernement américain à travers l'USAID, ayant pour objectif de développer le secteur agricole et agro-industriel dans deux régions de Madagascar - Mahajanga et Fianarantsoa - en fournissant un appui technique conformèment à la demande des firmes et associations privées. Le projet s’occupe aussi de la réhabilitation d’infrastructures de transport pour aider à désenclaver les zones fortement productives. Le projet vient à terme en 1999.

L'ANAE (Association Nationale d'Actions Environnementales) est une des agences d'exécution de l'Office National de l'Environnement (ONE) pour la mise en oeuvre du Programme National d'Actions Environnementales à Madagascar. L'ANAE a pour mission de contribuer à un processus de prise de conscience et au développement et transfert de connaissances techniques et organisationnelles qui permettront aux populations rurales de maintenir et améliorer leur capacité productive tout en protégeant leur environnement et en sauvegardant leur facteur de production le plus menacé, le sol. 

ACTIONS DE VULGARISATION

* Le vétiver en "shows" devant les techniciens*

Lors de son séjour, Mr Grimshaw a aidé à répandre et à partager ses 30 années d'expériences sur l'utilisation du vétiver dans la défense et regéneration des sols les plus dénudés. M. Grimshaw a visité les pistes principales rehabilitées par le projet CAP (Fianar, Bekobay, Bealanana, Marovoay) et a demontré avec l'aide de son ordinateur portatif et appareil photo digital comment le projet et les bénéficiaires pourraient protéger à des coûts très bas, les investissements routiers faits au cours des trois années.

Diverses présentations ont été données dans les trois régions : Antananarivo, Mahajanga et Fianarantsoa, à l'attention de plusieurs organismes interessés.

Dans son rapport de mission, Mr Grimshaw est persuadé qu'employée à bon escient, la technologie du vetiver apportera beaucoup de solutions aux divers problèmes de l'Environnement à Madagascar. A partir des résultats de sa mission, il a préconisé l'utilisation du vetiver dans les cas suivants :

Stabilisation des "lavaka" qui sont les principales sources de sédimentation des rivières et des champs de culture dans les bas-fonds; (Plusieurs organismes, y compris l'ANAE, ont déjà appliqué ce système)

Stabilisation de diverses infrastructures menacées par l'érosion du sol, principalement causée par un grand ruissellement d'eau (ex : cas des ponts et dalots sur les pistes rurales et les routes nationales);

Protection des canaux de drainage et des talus des routes (la FIFABE a longtemps utilisé cette technologie);

Protection des canaux d'irrigation et des sytèmes de drainage;

Protection des travaux de construction divers (building, maison, etc...);

Délimitation des dépotoirs municipaux ou miniers pour limiter la propagation des produits toxiques et dangereux

*Les premières leçons apprises de Mr Grimshaw : Comment planter le vetiver ?*

Ainsi avec l'aide des conseils et documents techniques de Mr Grimshaw, le Projet CAP a élaboré une fiche d'utilisation en malgache, très rudimentaire mais assez claire, qui a été diffusée dans les deux régions Mahajanga et Fianarantsoa pour les membres des Associations des Usagers des Pistes (AUP) et pour les clients de CAP.

Divers documents techniques ont été également distribués à plusieurs organismes

D'autre part, différents systèmes de plantation ont été procédés sous forme d'essai : (1) des éclats simples ont été mis en sachet dans du compost tandis que (2) d'autres plants comprenant 2 ou 3 éclats ont été directement plantés au sol. 

*Les actions de l'ANAE*

La production et l'utilisation du vétiver figurent parmi les actions prioritaires de l'ANAE dans la lutte anti-érosive. Les 7 antennes régionales situées à Sambava, Mahajanga, Ambatondrazaka, Antananarivo, Fianarantsoa, Manakara et Toliara appliqueront leur propre stratégie pour développer l'utilisation de cette plante. Les besoins en vétiver nécessaires aux activités d'aménagement et de production sont si importants que les interventions devront commencer par la production en quantité de cette plante. En effet, si l'on se réfère aux objectifs du PE2 (Programme Environnemental Phase II) de l'ANAE le nombre de mini-projets s'élève à 4000 pour une superficie moyenne par site de 12ha. Des pépinières seront installées au niveau de chaque région dont le nombre dépend de la capacité locale d'absorption. 

PEPINIERES

*Il est temps de faire des multiplications de plants*

Les sources de plants existantes à Madagascar semblent jusqu'à présent très limitées. Aussi, il est conseillé dès maintenant de prévoir des pépinières permettant d'assurer l'approvisionnement futur en vétiver. Un document sur la méthode à suivre pour obtenir une bonne pépinière est actuellement disponible auprès du bureau de Projet CAP pour large diffusion.

* ... et ça bouge à Fianarantsoa!*

Depuis le passage de Mr Grimshaw, le Projet CAP a pris le virus du Vetiver! Mais toute action est conditionnée par un meilleur approvisionnement des plants. Ainsi, le bureau régional de CAP à Fianarantsoa a commencé à installer quelques pépinières avec la collaboration du secteur privé et des membres des Associations des Usagers des Pistes (AUP) réhabilitées par le Projet.

*... àTsaratanàna aussi!*

Des résultat encourageants sur l'utilisation du vétiver avaient entraîné une demande importante de ce matériel végétal dans les villages ruraux de la région de Tsaratanàna située dans le faritany de Mahajanga. Depuis 1996, le vétiver connaît un réel succès car il est également utilisé pour matérialiser les propriétés foncières. Afin de satisfaire les besoins, l'ANAE avait financé la mise en place de pépinières en 1997 dans cette zone. La situation des pépinières est présentée dans le tableau suivant :

SITES

TYPES DE SOLS

DIMENSIONS
PEPINIERES

NBRE ECLATS
DE SOUCHE
PLANTES

MOYENNE
TALLAGE

RESULTATS

Antanimanga

Argileux

Terrains savanicoles

100m x 60m

16.000 éclats

10/touffe

(5 mois)

160.000 nouvelles talles en 5 mois (Jan à Mai 97)

Bekapaika - 1

Argilo-limoneux

Terrains hydromorphes de bas fonds inondables

60m x 60m

6.580 éclats

36/touffe

(6 mois)

236.880 nouvelles talles en 6 mois (Dec à Mai 97)

Bekapaika - 2

Colluvionnaires

Bas de pente non inondables

100m x 50m

13.600 éclats

9/touffe

(4 mois)

122.400 nouvelles talles en 4 mois (Fév. à Mai 97)

De nombreux villages utilisent actuellement le vétiver dans les activités d'aménagement des tanety. La vulgarisation avait été rendue facile grâce aux résultats observés dans les mini-projets. Il a été constaté en deux saisons pluvieuses la formation de 20cm de couches de terre en amont des lignes de vétiver. Un paysan arrive également à installer 100m de lignes de vétiver en une demi-journée de travail.

Durant la campagne 95-96, 19 villages avaient intégré le vétiver dans l'aménagement de 48ha de tanety. Sur les 23.695m de haies vives installées, seules les 12% avaient pu être approvisionnée en vétiver.

La campagne 96-97 avait également vu la participation de 26 villages dans l'aménagement de 239ha de tanety. Les résultats définitifs de l'utilisation du vétiver ne sont pas encore connus, les travaux étant en évolution permanente. Les premiers chiffres font état de quelques 5.900m de lignes de vétiver. L'objectif à terme est de pouvoir assurer la protection maximale des tanety avec le vétiver.

*Mais où trouver des plants ?*

A part les pépinières que l'ANAE installe dans ses zones d'intervention. Le Projet CAP a repéré des sources probables, quoiqu'encore assez limitées, à savoir :

- Mr Rabenony, Opérateur privé à Ambatondrazaka, Tél. (54) 810-30

- Mr Eric Mac Donald, Opérateur privé à Moramanga, Tél. 030 23 804-50

- FIFABE - Marovoay

- Les paysans de Marovoay et d'Amboromalandry, Mahajanga

- Mr Thierry Lock, Opérateur privé à Fianarantsoa

- L'ONG Tefy Saina, Ambozontany - Fianarantsoa 

PROJETS DE PARTENARIAT

*CAP/SNGF*

Le Silo National des Graines Forestières a prêté main forte au Projet CAP pour l'élaboration de la Fiche Technique du "Vetiveria Zizanioides" et également pour vulgariser la technologie "miraculeuse" dans tout Madagascar.

*CAP/Corps de la Paix*

Le Corps de la Paix et le Projet CAP viennent de signer un Protocole d'Accord dans le but de mettre en oeuvre un programme de formation technique à l'encontre des volontaires du Corps de la Paix afin que ceux-ci vulgarisent la technologie Vétiver dans les sites où ils sont assignés. 

*CAP/ANAE*

Un exemple de coordination des activités de formation, sensibilisation et vulgarisation de la technologie Vétiver est en train de se concrétiser avec la signature d'un Protocole d'Accord entre l'ANAE et le Projet CAP.

*CAP/PPI*

Le Projet Périmètres Irrigués (PPI) de la Banque Mondiale et le Projet CAP vient d'élaborer une convention pour la protection d'un bassin versant situé à Bekobay par la plantation d'à peu près 30Km linéaires de haies de vétiver sur une superficie totale de 5 ha en vue de lutter contre l'ensablement des périmètres rizicoles, objet d'un programme de réhabilitation du Projet PPI. Les formalités administratives pour la réalisation de cette convention sont en cours mais déjà sur le terrain, les Associations des Usagers de l'Eau, dirigées par l'équipe du Projet CAP, se sont organisées pour les premières plantations. 

LE VETIVER ET LES TRAVAUX PUBLICS

*Vétiver ... En piste!*

mad-rd32.jpg (63512 bytes)La forte dégradation de l'Environnement dans les zones d'intervention du Projet CAP a rendu les travaux de réhabilitation et d'entretien des pistes beaucoup plus difficiles. Les gazons plantés le long des pistes par les entreprises n'ont pas tenu et presque toutes les pistes bien que réhabilitées, se trouvent dans une situation précaire et à la merci des phénomèmes d'érosion et d'éboulement. Afin de remédier et de maintenir les travaux, les ingénieurs du Projet CAP ont lancé des opérations Vetiver sur les parties les plus exposées et prioritaires de quelques pistes de Mahajanga (Bekobay et Bealanana) et de Fianarantsoa (Befeta et Ambalavao). A trois semaines de la plantation, les résultats s'annoncent déjà très promettants!

*Le vetiver adopté par les Entreprises*

A partir de maintenant, l'utilisation du vetiver pour la protection et la conservation des talus des nouveaux remblais, des glissements, des abords d'ouvrages à réparer ou à construire, des talus en déblais, des berges de rivières sera prescrit dans les marchés de réhabilitation des pistes du Projet CAP. Une clause spéciale (*) sur l'application du vétiver a été alors ajoutée dans le modèle de contrat de réhabilitation des pistes. Et même les entreprises déjà en activité ont exprimé leur interet pour appliquer cette technologie dans l'immédiat, pareillement pour les dirigeants de la FCE (ligne ferroviaire Cote-Est).

(*) Des copies de cette clause sont disponibles au sein du Projet CAP et peuvent être distribuées à tous les interessés.  

VETIVER ET POLLUTION

*Protection de l'agriculture et vetiver*

En Thailand, des études préliminaires ont amené à conclure que les rangées de vetiver pourraient captiver les substances agro-chimiques, notamment les pesticides, et servir de barrières pour éviter leur propagation dans le milieu environnant. Un système de purification des eaux de ruissellement serait donc possible protégeant ainsi l'environnement agricole contre ces substances chimiques.

*Déchets industriels et Miniers contre vetiver*

Dans d'autres pays comme l'Australie, les Philippines et la Thailand, des expériences ont démontré que le vetiver peut survivre dans un milieu extremement hostile pour l'environnement comme les déchets industriels ou miniers. Aussi, les rangées de vetiver sont plantées pour délimiter les lieux de dépôt de ces déchets pour protéger les terrains avoisinants.

VETIVER DANS LE MONDE

*Le vétiver utilisé presque partout dans le monde entier!*

Ci-après la liste des pays qui ont jusqu'à présent pratiqué la technologie vétiver : Les Etats Unis, les Antilles, le Brésil, le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, le Sénégal, le Mali, le Niger, la Côte d'Ivoire, le Nigéria, l'Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe, le Botswana, l'Afrique du Sud, le Pakistan, l'Inde, le Népal, le Bengladesh, le Myanmar, le Thailand, le Sri Lanka, la Malasie, l'Indonésie, le Viet Nam, les Philippines et l'Australie.

DIVERS

*Les réalisations du Projet CAP depuis Décembre 1997*